La formation du plateau

La topographie de la commune d’Algrange et la présence d’un plateau s’explique par un long processus de mouvements marins et cycles successifs d’érosion. Tout a commencé au début de l’ère secondaire qui s’étale sur plus de 250 millions d’années. Après le retrait des mers germaniques, les couches marines sont exposées à l’air sous formes de couches successives. Le bassin parisien dans lequel s’inscrit notre région, n’était alors qu’une vaste étendue sans relief marqué. débute alors une longue période d’érosion et d’action de l’eau dans des périodes ou les climats étaient bien différentes de ceux que l’on connaît actuellement. Le relief se sculpte progressivement et à la faveur d’un différentiel de résistance des couches géologiques (Toarcien, Aalénien, Bajocien, Bathonien) se constitue ce que les géomorphologues appellent un relief de côtes ou de cuesta.

algrange-3-1.png

La ville d’Algrange s’est donc inscrite dans une vallée crée par un ruisseau que les anciens appelaient et appellent encore la Stingbach (ruisseau qui sent mauvais). Il n’est donc pas juste de parler de plateau pour la partie est de la ville car en fait il s’agit d’une même entité géologique (plateau calcaire) qui à été découpé par l’érosion. A noter également pour les yeux avisés que les versants est et ouest n’ont pas du tout la même pente. Le versant ouest étant bien plus pentu, on dit qu’ils sont dissymétriques. Cette différence s’éxplique par le pendage des couches géologiques (ce sont les couches du bajocien (calcaire), de l’aalénien (marnes ou l’on retrouve la minette lorraine) et du toarcien (argiles) qui affleurent dans notre valléé. Elles sont en effet orientées de l’est vers l’ouest (partie Est du Bassin Parisien qui dessine une cuvette géologique dans toute la partie Nord de la France). Le ruisseau d’Algrange s’étant progressivement déplacé dans ce sens il est tout à fait logique que le versant ouest soit bien plus pentu. on dit que la rivière a sapé ce versant.

algrange-2.png

Au début du XX ème siècle la ville d’Algrange n’était encore qu’un petit village peuplé de seulement quelques âmes. Elle connaît un véritable essor démographique à partir de cette période en raison du développement des activités minières et sidérurgiques. Les besoins de main d’oeuvre importants et expliquent le recours massif à l’immigration dans un premier temps interne à l’empire germanique (ce qui explique qu’Algrange fut dénommé la "Klein Berlin") avant la première Guerre mondiale puis étrangère (polonaise et ilalienne principalement) après la Seconde Guerre Mondiale. Au cours de la première partie du XX ème siècle, le plateau était alors encore largement exploité de manière agricole, notamment pour de la céréaliculture. Au fur et à mesure de l’abondon des activités industrielles et minières mais aussi et surtout de la transformation des sociétés rurales en sociétés urbaines, le plateau s’est enfriché au risque de retourner à l’équilibre climacique qui sous nos latitudes corrspond à la fôret. Grâce à la gestions communale de cet espace et grâce à la gestion intelligent e écologiqu du Conservatoire des Sites Lorrains (bail emphytérotique et plan dde gestions), les caractéristiques à la fois pittoresques et écologiques ont pu être préservées.

sunp0037.jpg

Il demeure un espace ouvert, naturellement bien exposé et structurellement perméable donc plûtot aride. On y retrouve ainsi des éspèces végétales et animals que l’on a plus l’habitude de retrouver dans les milieux méditerranéens. On peut notamment citer des éspèces protégées comme l’Alouette lulu, la Pie-grièche écrocheur, la Mante religieuse, le Damier de la succise (papillon protégé au niveau européen), la Cigale des montagnes, le Lézard des murailles, des herbes de Provence, des orchidées sauvages... Le pâturage des putons mis en place par le Concervatoire des Sites Lorrains depuis 2002, permet de préserver ces caractéristiques écologiques si particulières.

plateau.png

Mais la pelouse calcaire n’en n’est pas pour autant totalement préservé. Malheureusement, des décharges sauvages subsitent et les sports motorisés portent atteinte à la préservation de ce patrimoine qu’il nos appartient de protéger. C’est aussi cela le développement durable dont notre génération doit être le fer de lance !

Article de BRESSAN Kévin.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site